Home

Un quartier assez  peu passant de Lourdes, quand on s’y rend en voiture (le sens de circulation change, je crois, environ tous les quinze jours), mais un quartier capable d’accueillir des milliers de pélerins, quand la saison s’y prête, et que les intempéries n’inondent pas la seule loi du cru : le commerce.

Lourdes recèle une multitude de lieux, d’endroits que seuls les piétons ( deux ou dix mille) peuvent découvrir, dans un multilinguisme , une multiplicité d’origines ethniques telles que les oreilles sifflent comme autant d’oiseaux, toujours exotiques .

 

AK Pô

06 04 2014

Ptcq

Bonus :

 

 

 

Passager sans ticket, vagabond sans trajet,

Quelques jours encore à vivre sans séduire,

Juste un tas de poussières dans le vent, à réduire,

Poudre d’escampette, quand sept heures suffiraient

Pour respirer le petit matin de Valencia,

Hablar con Negrito, el gato de la calle Olvidada,

 

Passager sans ticket, vagabond sans trajet,

Place centrale du génome humain, triste universalité

Quelques jours encore à transporter le corps

Dans un tas de poussières, balayer le décor,

Nettoyer les quais de l’envie de partir,

Poudre et fumées, quand sept heures suffiraient

Pour marcher sur la Puerta del Sol, sautiller à Madrid

 

Passager sans ticket, vagabond sans trajet,

Quelques jours encore à survivre au genre humain,

A tendre la main pour dessiner l’absence, ses deux mains,

Balayer le décor, juste un tas de poussières, d’un jet

Quand sept heures suffiraient pour atteindre Séville,

Mendier le long de cette immense avenue, en famille,

Savons, kleenex herbes savantes aux feux tricolores

 

Passager sans ticket, vagabond sans trajet,

Quelques morts sur la route, quelques arrêts,du cœur,

Hablando con Blanquito, el perro de la calle Ciega,

A tendre la main vers un matin qui refuse la sienne,

Inutile Palio dans la conche soyeuse de l’ oreiller, persiennes

Closes sous le vacarme et la chaleur de Genova

Dans les bras de Pavese, quand sept heures suffiraient

Pour plonger dans le Po vers Parme ou Bergame

 

Passager sans passé, vagabond aux milliers d’ horizons,

Tous les grands chemins ramènent aux sentiers, aux fumées

Sous le vent insigne des poussières et toi, comme les autres,

Balaiera le décor, savon, kleenex herbes savantes, chairs aimées

Ignorant qu’à sept heures d’ici les plus belles villes

Du sud de l’Europe attendent tes pas de danse : l’existence.

 

05 04 2014 AK Pô

 

Ptcq

 

Pour poster un commentaire vous devez être un utilisateur identifié. (Se connecter à Wordpress)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s